NOS INSPIRATIONS
CURSEUR_rouge

L’équipe Tact est riche de la diversité des profils, des parcours et des sensibilités de chacun de ses membres, mais aussi des grandes valeurs et convictions que nous avons tous en partage. L’intérêt général chevillé au corps, nous sommes conscients que les enjeux climatiques, écologiques et démocratiques nécessitent d’immenses efforts individuels et collectifs.

Notre volonté de permettre à chacun de se forger un avis éclairé sur ces questions se nourrit de nos lectures, des podcasts que nous écoutons en allant au travail le matin, des séries que nous dévorons le soir dans notre canapé ou encore des chaînes Youtube dont nous ne ratons aucune nouvelle vidéo.

Tous les quinze jours, un membre de l’équipe Tact vous présente ici un de ces contenus inspirants.

BD – Jamais

Comment faire face aux conséquences de l’érosion littorale ?

Dans cette bande-dessinée aux dialogues rythmés et aux graphismes soignés, Bruno Duhamel aborde avec simplicité les conséquences du recul du trait de côte, non sans une touche d’humour et d’humanisme.

À cause de l’érosion des falaises de la côte normande, la maison de Madeleine, nonagénaire et aveugle, est au bord de l’effondrement. Son jardin raccourcit de jour en jour. Bien qu’elle ne puisse pas le voir, elle est pleinement consciente de cette menace. Pour autant, rien ne peut la faire changer d’avis : très attachée à son indépendance et aux souvenirs accumulés dans sa maison, elle y restera quoi qu’il en coûte.

Un besoin d’accompagnement et de dialogue

Plusieurs personnages interviennent autour de Madeleine pour tenter de la protéger de ce danger. Le maire, qui agit en tant que responsable de la sécurité des habitants, se révèle aussi soucieux de conserver une bonne image auprès d’eux. Un pompier, lui aussi alarmé par la situation, mais bien plus compréhensif et à l’écoute des besoins comme de l’histoire de Madeleine, jouera de son côté un rôle de médiateur.

Cette histoire nous rappelle combien les conséquences du réchauffement, à l’image de la montée des eaux et de l’accélération de l’érosion, peuvent se heurter à d’autres problématiques sociétales, comme le mieux-vieillir et l’accompagnement du maintien à domicile des personnes âgés. Les divergences de points de vue entre les personnes, les différences entre enjeux individuels et collectifs ou le partage des pouvoirs et des responsabilités révèlent en creux un besoin d’accompagnement et de dialogue autour de ces questions sensibles. C’est précisément le rôle que joue l’Agence Tact lors de ses interventions !

Coralie Valanchon, responsable administrative et financière

Jamais

 

BD – Le droit du sol : journal d’un vertige

Une pérégrination qui nous interroge sur l’avenir énergétique

Etienne Davodeau choisit de se lancer dans un périple de 800 km à pied en juin 2019. Son objectif : relier la grotte de Pech Merle dans le Lot au site d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans la Meuse. Que laisserons-nous aux générations futures ? Comment conserver la mémoire d’un site ? Quels sont les risques à long terme ? Comment prendre des décisions qui engageront largement les futurs sapiens ? C’est en prenant pour illustrations ces deux « traces » – la grotte et le site d’enfouissement – que l’auteur-dessinateur vient nous questionner. Au gré de son parcours, scientifiques, militants et sémiologues viennent engager le dialogue avec lui pour nourrir ces réflexions.

Une traversée de la diagonale du vide

Au-delà des enjeux énergétiques, cet itinéraire à pied et en sac à dos est ponctué de rencontres et de la découverte de la diagonale du vide. C’est donc aussi la vie de nos campagnes qu’il nous donne à voir, en questionnant au passage notre rapport à la nature, au sol et au temps. Étienne Davodeau reprend ici sa casquette d’observateur qu’on lui connaissait dans d’autres de ses ouvrages (Les Ignorants, Rural).

La question du temps, dans toutes ses dimensions, est centrale dans l’ensemble de l’ouvrage : le temps de la pérégrination, l’échelle d’une vie humaine, les millions d’années qui nous séparent des premiers sapiens, la durée de vie des déchets radioactifs… C’est ainsi une forme d’éloge de la lenteur via la marche à pied qui se dessine, à une époque où nous prenons rarement le temps.

Un sujet d’actualité

À l’heure où la concertation nationale sur le mix énergétique a été lancée le 20 octobre dernier, suivie par l’ouverture du débat public sur les nouveaux réacteurs nucléaires le 27 octobre, cet ouvrage nous rappelle notre responsabilité collective d’avancer sur les choix énergétiques. La sortie de la dépendance aux énergies fossiles et l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050 est en effet loin d’être une voie toute tracée.

Fanny Bousquet, responsable d’équipe

Le droit du sol : journal d’un vertige

La concertation sur le mix énergétique

Le débat public sur le nucléaire

 

Documentaire – Climat, mon cerveau fait l’autruche

URGENCE CLIMATIQUE : COMMENT COMBLER LE FOSSÉ ENTRE PRISE DE CONSCIENCE ET PASSAGE À L’ACTION ?

Les dangers induits par le dérèglement climatique et l’urgence qu’il y a à agir pour s’en prémunir font de plus en plus consensus. Les alertes répétées des scientifiques ainsi que les catastrophes climatiques récurrentes ces dernières années nous les rappellent sans cesse.

Des biais cognitifs comme autant de freins au changement

Pourtant, nous en faisons tous l’expérience, à titre individuel et collectif : même en étant convaincus de l’ampleur de la menace, nous sommes souvent prisonniers d’une sorte d’inertie quand il s’agit de modifier concrètement nos comportements. Comment expliquer ce décalage entre prise de conscience et passage à l’action ?

C’est justement l’objet du documentaire Climat : mon cerveau fait l’autruche, diffusé par Arte. Les neuroscientifiques, philosophes et autres sociologues interrogés nous livrent de nombreuses pistes d’explication, qu’il est utile d’avoir en tête lorsque l’on travaille à l’accompagnement de la transition écologique.

Il y a, d’abord, la survivance de courants de pensée climato-sceptiques, encouragée par l’existence de biais de confirmation : il est d’autant plus difficile de changer d’opinion que les bulles de filtre nous empêchent d’être confrontés à des positionnements différents des nôtres.

Mais même chez les personnes convaincues de l’urgence climatique, d’autres biais constituent des freins au passage à l’action. Biais d’optimisme, qui nous fait croire que nous seront moins impactés que les autres individus autour de nous ; biais culturel, qui nous pousse à penser que le génie humain et le progrès technologique nous sauveront toujours de tous les périls ; effet spectateur, qui ne nous encourage pas à prendre l’initiative en imaginant que les autres vont le faire avant nous ; mauvaise connaissance des impacts sur le climat de nos habitudes individuelles ou collectives, qui ne nous permet pas de faire des choix éclairés…

Adapter les manières de communiquer et de dialoguer autour de la transition écologique

Autant de phénomènes qui questionnent notre manière de dialoguer et de communiquer de façon pédagogique autour des enjeux de transition écologique. Et qui expliquent, en partie, aussi bien le retard de nos sociétés quant au développement des énergies renouvelables que mon incapacité à avoir installé un composteur dans ma cuisine, bien que je sois convaincu de son utilité depuis de nombreuses années…

Vincent Enjalbert, responsable éditorial

Climat : mon cerveau fait l’autruche

Film – Vesper Chronicles

Science-fiction, transition énergétique et vie collective

Dystopiques, dramatiques, pleines d’espoir… Les œuvres de science-fiction nous invitent à nous interroger sur notre vie en société, et ce que l’on attend des lendemains. Dernier exemple au cinéma avec Vesper Chronicles. Dans un futur où la nature est devenue hostile, comment subsister, exister, survivre ?

Les élites se regroupent dans des « citadelles », sortes de gated communities du futur, et produisent des semences stériles, ne permettant qu’une seule récolte. Le reste de l’humanité survit, malgré un milieu naturel menaçant et la mainmise des élites sur les ressources.

Un résumé qui n’est pas sans faire écho à l’actualité : Covid, incendies d’ampleur, pénurie alimentaire, tensions sur l’approvisionnement en énergie… Comment s’adapter au changement climatique ? Comment faire face aux évolutions des milieux naturels ? Comment, surtout, mener ces transitions en ne laissant personne de côté ?

Une héroïne seule, avec la nature

L’héroïne du film, Vesper, vit seule avec son père au milieu des bois. Tout au long du film, son rapport particulier avec la nature est mis en avant : c’est une « biohackeuse ». Contrairement aux autres humains, elle considère la nature comme alliée, en choisissant de composer avec elle quand d’autres la rejettent en bloc. Elle utilise des espèces agressives pour protéger son habitation, pour attaquer ses ennemis, ou encore tente d’apprivoiser certaines plantes dans sa serre… Autant d’initiatives qui rappellent le concept de Solution d’adaptation fondées sur la nature (Safn), ces actions favorisant la conservation de la biodiversité et la fourniture de services des écosystèmes permettant à nos sociétés d’être plus résilientes face au changement climatique.

Quid de la vie collective ?

J’imaginais trouver dans Vesper Chronicles une œuvre de science-fiction classique : des personnages individualistes, rappelés vers le collectif face à l’urgence de la situation et qui finissent par choisir et accepter une vie collective. Surprise ! Vesper Chronicles ne suit pas ce schéma. Au contraire, le récit se concentre sur l’héroïne et sur sa quête pour déverrouiller les semences stériles.

*** Attention, spoiler dans le dernier paragraphe ! ***

Mais à la fin, Vesper réalise qu’elle ne peut sauver l’humanité toute seule… Et laisse s’envoler les graines fertiles pour permettre à tous de les cultiver et de se nourrir. Elle réalise donc ce qui fait notre quotidien professionnel : on ne peut travailler seul·e·s pour s’adapter à de nouvelles conditions de vie, « sauver le monde » et nos sociétés. Malgré les conséquences de plus en plus visibles et inquiétantes de nos modes de vie sur la planète, nous continuons à défendre les intérêts du collectif, du dialogue et de la concertation, pour une transition écologique et sociale.

Ayla Cunningham, consultante

Vesper Chronicles

Essai – Changeons d’agriculture

DES PISTES D’ACTIONS CONCRÈTES POUR COMPRENDRE LES AGRICULTEURS ET ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT DANS LES TERRITOIRES

Comment « nourrir l’humanité » tout en préservant la santé des consommateurs et l’état de notre planète ? Si les conséquences de l’activité agricole – telle qu’elle est majoritairement pratiquée depuis la deuxième partie du XXème siècle – sur les sols, la biodiversité, l’eau ou encore le climat ne font plus (beaucoup) débat, le « modèle » agricole à privilégier, lui, est encore source de nombreuses tensions.

Les avis des agriculteurs, coopératives, syndicats, politiques et citoyens divergent souvent, et les tentatives de dialogue pour co-construire des politiques publiques ou projets en faveur d’une transformation des pratiques (de la production à la consommation) s’avèrent souvent stériles. Pourtant, des solutions alternatives viables techniquement et économiquement semblent exister. Sur lesquelles alors s’appuyer pour faire avancer les discussions et aboutir à des projets collectifs concrets ?

Dans son essai Changeons d’agriculture paru en 2014, l’ingénieur agronome Jacques Caplat * expose les étapes d’une transition réussie vers une agriculture biologique généralisée, et les moyens collectifs et individuels possibles à mettre en œuvre pour l’amorcer. Un essai de vulgarisation qui permet de changer de perspectives et apporte des solutions concrètes pour faciliter ce changement.

Un modèle « conventionnel », qui ne l’a pas toujours été

Pour ce faire, il décortique d’abord les raisons et moyens qui ont rendu « conventionnelle » une agriculture développée massivement dans les années 1950. Celle-ci répondait aux besoins de l’époque, en s’appuyant sur les connaissances de l’époque : besoin de main d’œuvre dans le secteur secondaire et tertiaire ; approche réductionniste privilégiée par les scientifiques (consistant à supposer que toute fonction complexe peut être expliquée en étant réduite à ses composantes) ; ignorance des conséquences de l’activité humaine sur le climatique ; etc. De manière claire et synthétique, l’agronome explique les changements majeurs qui sont advenus ces années-là et qui ont fait des nouvelles méthodes de l’époque le modèle aujourd’hui qualifié de « conventionnel ».

Une explication simple des solutions existantes pour les agriculteurs

Après avoir démontré la capacité de changement de nos institutions, entreprises, pratiques de production et habitudes de consommation, il résume ensuite de manière pédagogique les alternatives concrètes qui permettent aujourd’hui de préserver l’environnement, dont l’activité agricole dépend totalement. Non-labour, rotation des cultures, polyculture-élevage, alternative pour fertiliser et protéger les cultures, semences paysannes adaptées au territoire, agroforesterie, comparaison de la productivité entre les systèmes, coopératives horizontales facilitant la commercialisation et l’adaptation des exploitations agricoles pratiquant la polyculture… Autant de solutions concrètes décrites par l’auteur.

Tous acteurs du changement

Enfin, ce court livre de poche (environ 130 pages) propose à tous les acteurs (collectivités locales, acteurs de l’économie sociale et solidaire et citoyens-consommateurs compris) des pistes à portée de main pour soutenir ces évolutions qui, car elles touchent à notre santé, notre environnement, nos paysages, nos habitudes, nous concernent finalement tous. De quoi alimenter les processus de dialogue autour des questions agricoles que l’Agence Tact accompagne, à l’image des États généraux de l’installation-transmission en Bretagne (EGT).

Agathe Sailley, consultante

Changeons d’agriculture, Jacques Caplat

(*) Jacques Caplat est agronome, ethnologue et géographe. Fils d’éleveur ovin, il a été technicien de terrain, chargé de mission à la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) et impliqué dans des projets internationaux (notamment au Nord-Bénin). Il a animé pendant 4 ans le « groupe d’experts français sur les semences biologiques », et participé au « groupe de concertation sur les OGM » du Commissariat général au plan, ainsi qu’aux prémices du groupe Écophyto.

Documentaire – À l’air libre

En immersion dans une structure singulière d’insertion sociale

Ce film documentaire réalisé par Nicolas Ferran et Samuel Gautier nous fait découvrir la vie à Moyembrie, un lieu unique en France, qui depuis plus de 20 ans accueille des détenus en fin de peine, sous le régime du placement extérieur. La vie à la ferme repose sur le travail agricole, un accompagnement social et une vie communautaire.

Réapprendre la liberté, progressivement ; retrouver des repères, au gré des saisons et par le travail ; retrouver la dignité humaine après des années de détention qui marquent le corps et l’esprit : voilà l’ambition portée par cette ferme, au cœur de la Picardie.

Questionner notre rapport à la prison et les valeurs sociétales qu’il implique

À l’air libre nous parle de ces hommes et de ce lieu si particulier, mais nous interroge surtout sur la prison elle-même et les stigmates qu’elle laisse. Ce film touche par l’humanité extrême qu’il dégage. Il montre surtout l’absolue nécessité de ce « sas » entre le dedans et le dehors. À mon sens, c’est un sujet de société majeur : la façon dont une société sanctionne en dit beaucoup sur ce qu’elle est, sur ses valeurs.

Lorsque l’association Sources d’Envol a voulu ouvrir une ferme similaire en Loire-Atlantique, l’Agence Tact a été volontaire pour accompagner ce projet de transition sociale et sociétale.

Le débat local a permis de porter haut et fort les valeurs du mouvement Emmaus (dont Moyembrie et Sources d’Envol sont membres) : l’accueil inconditionnel, le droit à une seconde chance, l’ouverture à l’autre, la rencontre humaine. À sa suite, la ferme de Ker Madeleine a ouvert ses portes à Saint-Gildas-des-Bois l’an dernier et je vous invite à découvrir ce lieu, à rencontrer ses résidents ou à y acheter vos légumes.

Marie Leugé Maillet, cofondatrice de l’Agence Tact

À l’air libre

Le site web de la ferme de Ker Madeleine

Bande dessinée – Petit traité d’écologie sauvage

Une histoire de points de vue, ou comment questionner la place de l’homme dans son écosytème

Ancien chercheur en sciences cognitives et en philosophie de l’art, Alessandro Pignocchi a abandonné le monde de la recherche pour se lancer dans la bande dessinée à travers un blog consacré à l’écologie et à l’actualité politique nationale (Puntish). Il a également publié plusieurs volumes de ses planches faites à l’aquarelle.

Dans ses deux premiers ouvrages, issus de son passé de chercheur, L’œuvre d’art et ses intentions (2012) et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs (2015), Alessandro Pignocchi s’est interrogé sur les processus de compréhension d’une œuvre d’art. L’auteur y explique que l’appréciation et l’interprétation d’une œuvre sont conditionnées tout à la fois par notre système cognitif, notre expérience, comprise au sens large, ainsi que notre relation à cette dernière. En fonction de ces différents paramètres, l’éclairage et l’interprétation donnés à une œuvre changent d’un spectateur à l’autre.

Cette volonté de permuter les points de vue pour mieux saisir la « composition du monde » d’un individu ou d’une société se retrouve dans Petit traité d’écologie sauvage, premier volume d’une série de trois tomes.

Absurde, anthropologie et jivaros

Le cheminement de l’auteur débute par les travaux de l’anthropologue Philippe Descola. Ce dernier décrit la façon dont nous construisons notre représentation du monde à partir de nos connaissances et de nos facultés mais également en fonction du rapport entretenu avec nos congénaires et avec les non-humains. Vivant lui-même cette expérience auprès des Jivaros, Alessandro Pignocchi retranscrit sa compréhension de certains principes de la culture Achuar dans des scènes de la vie quotidienne et politique.

Le Parlement européen ajourne ainsi ses séances de travail le temps d’un aller-retour en voilier et en pirogue en Amazonie tandis que l’ancien président Donald Trump invite des enfants à s’émerveiller devant les empreintes d’une belette qu’il piste. Derrière ces représentations saugrenues, l’auteur développe une uchronie dans laquelle le monde a adopté la cosmologie des Jivaros Achuar, où la distinction entre nature et culture n’existe pas.

 

En parallèle, l’ancien chercheur fait évoluer un personnage Jivaro, anthropologue à Bois-le-Roi en Seine-et-Marne. Celui-ci cherche à étudier et à sauvegarder les vestiges d’une vision « occidentale » du monde et de son mode de vie où les éléments naturels sont uniquement considérés comme des ressources.

« Proposer des contrepoints et des inversions est un exercice standard d’anthropologie », explique l’auteur. Cette superposition des regards, amplifiée par l’absurde des situations et des discours, est un ressort classique de l’humour, utilisé ici de façon radicale. Forcer le trait quitte à déformer une réalité nécessairement plus nuancée est le moyen trouvé par Alessandro Pignocchi pour faire passer une perception renouvelée de l’humain au sein de son écosystème. Sa démarche invite finalement à tendre vers une conciliation des visions du monde, afin de « composer » avec chacun pour mieux avancer.

Pierre Blias, consultant

Petit traité d’écologie sauvage, tome 1

Mini série – Infographies sur les paysages de l’après-pétrole

Une approche paysagère de la transition énergétique

La mini-série des Paysages de l’après-pétrole est une version illustrée et dynamique de l’approche du collectif éponyme, qui entend rendre au paysage son rôle central dans les politiques d’aménagement du territoire et de transitions énergétique et écologique. Elle comprend trois vidéos en motion design, dont deux portant respectivement sur l’énergie et l’agriculture et leurs liens avec les paysages. Une excellente introduction à une question au cœur des réflexions sur la déclinaison territoriale des transitions.

Les paysages comme révélateurs de nos modes de vie

La mini-série des Paysages de l’après-pétrole met en lumière l’impact du consumérisme et de notre dépendance aux énergies fossiles sur les territoires dans lesquels nous vivons. Elle dénonce la standardisation des paysages et promeut les leviers locaux pour réaliser les transitions, facteurs d’émancipation : production locale d’énergie, agroécologie réconciliant l’agriculture avec son territoire et ses habitants, initiatives locales en matière démocratique… Au-delà du diagnostic accablant, c’est surtout un appel enthousiasmant que lance le collectif à travers toutes ses publications, en nous invitant à réinventer les façons d’habiter les territoires, en cohérence avec leurs singularités.

L’approche paysagère de la transition énergétique met aussi en évidence une dissonance cognitive que l’on rencontre régulièrement sur le terrain : nous ne savons plus d’où vient une énergie presque considérée comme magique. Cela s’illustre dans un paradoxe fréquent, consistant à être favorable à l’éolien, mais pas près de chez soi. Considérer les paysages comme évolutifs, c’est aussi accepter qu’ils changent, qu’ils ne soient pas figés, mais qu’ils soient à la fois l’outil et le miroir de transitions indispensables au bien commun.

Enfin, l’approche paysagère constitue aussi une perspective de renouveau démocratique réjouissante. La territorialisation des transitions passe en effet nécessairement par une mise en récit à laquelle doivent participer toutes les forces vives locales : habitants, élus, agriculteurs, entreprises, associations. Remplacer un récit centralisé et imposé par un système énergivore par un récit ancré dans le territoire et fondé sur les solidarités locales, c’est la promesse de quotidiens vécus plus en phase avec l’ensemble du vivant.

Pauline Ségard, consultante

Mini-série Paysages de l’après-pétrole

Site web – Visual Capitalist

Des images et des graphiques qui valent mille mots

Né en 2011, Visual Capitalist est un web média américain dont la ligne éditoriale repose sur la réalisation de visuels pédagogiques à l’esthétique remarquable. Mettant au cœur de leurs créations la donnée et le chiffre-clé, leurs publications permettent toujours une meilleure prise de conscience des ordres de grandeur qui dimensionnent nos sociétés et le monde qui nous entoure.

La qualité de leurs représentations graphiques rend l’exploration de la plate-forme très aisée, et l’on se surprend bien souvent à consulter un peu plus d’articles que ce que l’on avait initialement prévu… Attention donc au binge-reading !

Un intérêt particulier pour les problématiques environnementales

Bien que fondé à Vancouver, et donc fréquemment centré sur les problématiques du Nouveau Continent, Visual Capitalist traite très régulièrement l’actualité internationale, notamment quand il s’agit des thématiques énergétiques et environnementales.

On en apprendra donc sur des sujets comme le carbone irrécupérable, les émissions de gaz à effet de serre par secteur d’activité, ou encore l’évolution du coût des énergies renouvelables : autant d’enjeux qu’il devient essentiel de bien comprendre tant ils conditionnent l’avenir de l’humanité.

Une petite mise en garde toutefois : comme c’est le cas avec un certain nombre de médias en ligne, une partie du contenu publié sur la plate-forme est sponsorisé. Les articles concernés sont toujours marqués d’une étiquette « sponsored » : il convient donc de les consulter avec discernement.

Hugues Chanteloup, consultant

Visual Capitalist

Récit – Bergère des collines

Un témoignage éclairant sur le monde agricole
et la relation à la nature

Bergère des collines est le récit d’une aventure de vie. Florence Robert était calligraphe dans le Gers. Après s’être inscrite à une formation agricole, elle est devenue bergère dans les garrigues du sud de la France. Elle nous raconte avec passion la découverte d’un métier à part qu’elle a choisi pour « rouvrir les garrigues embroussaillées au profit de la biodiversité, des orchidées, de l’aigle royal ».

Au fil des pages, elle nous fait partager ses longues méditations sur la nature et les paysages pendant le gardiennage des brebis l’hiver, dans le vent froid, ou dans la fraîcheur des nuits d’été. Nous l’accompagnons au cœur de sa bergerie où elle fait naître ses agneaux. Elle nous associe à ses interrogations d’éleveuse.

Dix ans plus tard, la bergère débutante est devenue une agricultrice chevronnée. Nous revisitons avec elle, l’espace d’un printemps, les étapes décisives de toutes ces années : les premières estives, les transhumances à pied, la mort de son chien… Elle aborde, avec objectivité et sensibilité, les problèmes auxquels les éleveurs sont confrontés : de la présence des grands prédateurs au choix de consommer de la viande.

Un dessin en creux de la transformation des campagnes françaises

En plus de nous faire découvrir la rudesse du métier de berger et l’étroite connexion qui existe entre les bergers et le monde vivant, ce livre nous ouvre vers d’autres vies, d’autres perceptions. Il nous parle d’un choix de vie, du cheminement d’une femme, et de l’attachement profond que l’on peut ressentir pour un territoire.

Mais derrière le rêve d’exode, particulièrement nourri en ces temps de crise sanitaire et de questionnements existentiels, Florence Robert a aussi découvert un métier impitoyable, dans lequel elle a engagé tout son temps, son argent et son énergie.

Entre quête de sens et militantisme écologique, ce « retour à la terre » est-il un doux rêve ou la garantie d’un avenir plus durable et plus humain, au plus proche du vivant ? La carte des campagnes française est-elle vraiment en train de se redessiner ? Comment se vivent ces transformations sur le terrain, tant du point de vue des communes d’accueil que de ceux que l’on appelle communément les « néo-ruraux » ? Au cœur des territoires, au plus près du terrain, au fil des rencontres et des projets accompagnés par l’Agence Tact, j’observe, j’écoute, et je m’attache à comprendre et à analyser ces évolutions en cours. C’est passionnant !

Juliette Munier, consultante

Bergère des collines, Florence Robert, éditions Corti.

Série – Show me a hero

Une plongée fascinante dans les mécanismes
de l’engagement politique

Inspirée de fait réels, et adaptée du livre éponyme de Lisa Belkin, la mini-série Show me a hero (*) retrace le parcours d’un jeune politicien ambitieux à la fin des années 1980 dans l’État de New York. Fraichement élu maire de la ville de Yonkers, Nick Wasicsko se retrouve, bien malgré lui dans un premier temps, à défendre un projet de création et de résidentialisation de logements sociaux, dans un objectif de déségrégation. Problème : le maire se heurte rapidement à une très vive opposition de riverains et d’une partie du « city council »… jusqu’à plonger la ville dans une crise aigüe.

ÉLUS, OPPOSANTS, HABITANTS… DES TRAJECTOIRES VARIÉES FAÇONNÉES PAR LE CONFLIT 

Comme toujours, David Simon nous propose ici une série chorale, qui multiplie les points de vue au-delà de celui de la figure centrale du jeune édile. En huit épisodes, c’est ainsi l’évolution de l’ensemble des acteurs impliqués qui nous est donnée à voir : celle de ses alliés et opposants au sein du conseil municipal, mais également – et surtout – celle des destinataires de cette politique du logement. On suit ainsi le quotidien de plusieurs habitants d’un grand ensemble ghettoïsé susceptibles d’être relogés dans ce programme, ainsi que celui d’une habitante du quartier résidentiel amené à accueillir les nouvelles maisons HLM.

Tous sont montrés dans leur complexité, avec leurs espoirs, leurs élans de courage et leurs capacités d’empathie, mais aussi leurs moments d’indifférence coupable ou de compromission avec les valeurs qu’ils professent publiquement. Si le récit cherche à s’extraire de tout manichéisme, le réalisateur n’en choisit pas moins clairement son camp quant à savoir où se situe l’intérêt général dans ce dossier.

Malgré son sujet à première vue aride – la politique du logement social aux États-Unis -, Show me a hero a tout pour tenir le spectateur en haleine, sans tomber dans le traité d’urbanisme hermétique ou la réflexion lénifiante sur la mixité sociale. En nous parlant de la façon dont la politique s’incarne très concrètement dans la vie de tous ces personnages, y compris au travers du conflit, elle nous parle aussi de nous.

Qu’est ce qui fait la nature même de nos positionnements et de nos engagements ? Comment ceux-ci sont travaillés par nos valeurs mais aussi par nos peurs intimes, nos ambitions personnelles, et au-delà des discours, par la simple rencontre avec l’autre ? Peut-on changer d’avis sans se trahir ? À quels moments passe-t-on d’objet des politiques publiques à sujet politique ? Autant de questionnements qui m’ont particulièrement inspirée au moment de rejoindre l’Agence Tact, alors que j’aspirais à travailler au plus près du terrain, là où se concrétisent les politiques publiques et là où se joue la mise en œuvre de l’intérêt général.

* Le titre Show me a hero est une référence à une magnifique citation Francis Scott Fitzgerald : « Montrez-moi un héros, je vous écrirai une tragédie ».

Audrey Benassi, consultante

Show me a hero, disponible sur la plateforme OCS ainsi qu’en VOD sur la plateforme Canal +.

Jeu – Énergie 2049

Comprendre de manière ludique les enjeux territoriaux du développement d’un projet éolien

Énergie 2049 : c’est le nom d’un jeu créé par la Commission nationale du Débat Public (CNDP) dans le cadre de la concertation sur l’éolien en mer en Nouvelle-Aquitaine.

Le pitch ? Afin d’atteindre l’objectif de neutralité carbone, François Sarkon, président de la France en 2049, annonce un plan de développement « 100% inédit » : l’installation d’éoliennes en mer. Vous vous retrouvez alors dans la peau de la maire de la Tranque-sur-Mer, à proximité de l’île d’Olérez. Votre tâche est simple : accompagner au mieux le développement du plan de transition écologique sur votre commune.

Confronté aux différentes requêtes des habitants et acteurs de la vie de la commune, mais aussi à la réalité des enjeux environnementaux et énergétiques, vous devez en permanence arbitrer entre plusieurs scénarios. Favoriserez-vous la protection maximale de la biodiversité, en évitant les zones protégées ? Le maintien de l’activité des pêcheurs, potentiellement mise à mal par l’implantation des éoliennes ? L’acceptation du projet par l’ensemble des citoyens, notamment remontés contre l’impact paysager des futures éoliennes ? Ou encore l’équilibre financier de l’opération ?

Autant de décisions qui affecteront tout au long du jeu les quatre jauges représentant la nature, l’énergie, l’argent, et l’acceptation locale. Gare à ne pas épuiser une de ces ressources, ou la pérennité du projet se retrouverait menacée…

UNE SENSIBILISATION EFFICACE AUX ENJEUX D’ACCEPTABILITÉ LOCALE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Énergie 2049 a une première vertu : apporter des éléments de réflexion et des informations sur les contraintes associées au développement d’un projet éolien offshore. Les enjeux et débats qui animent un territoire lors de l’installation d’une infrastructure de transition énergétique y sont bien représentés.

C’est en cela un outil à la fois ludique et pédagogique. Il permet de comprendre la position des élus comme celles des représentants de la société civile, qui sont autant de parties prenantes d’un projet de territoire (associations environnementales, acteurs économiques, habitants, touristes…). C’est aussi un bon moyen d’initier le grand public à la nécessité de la transition énergétique.

En outre, chaque joueur peut décider de « donner son opinion » : les choix opérés au cours du jeu sont alors collectés de manière anonyme pour nourrir la concertation. Pour ma part, après plusieurs parties, une conclusion s’impose : j’ai toujours tendance à exploser le budget…

Elsa Cayeux, consultante

Énergie 2049, jeu développé par WEKER et porté par le débat public des éoliennes en mer Nouvelle-Aquitaine.

CURSEUR_rouge